A31bis : comment améliorer la mobilité transfrontalière ?

Alors que le débat public autour du projet de l’A31bis se poursuit, c’est la question des réseaux de transports et des déplacements transfrontaliers qui était abordée le jeudi 21 mai 2015 à Thionville.

DebatA31B-Thionville-2

Le projet d’A31bis ne fait pas référence à une nouvelle autoroute, mais à l’aménagement de l’autoroute déjà existante, qui relie Toul au Luxembourg sur 115 kilomètres comprenant la création de 2 tronçons.

Son optimisation se ferait ainsi section par section, avec notamment certains aménagements à 2×3 voies comme sur la partie centrale entre Fey et Bouxières-aux-Dames par exemple, l’un des principaux objectifs du projet étant la fluidification du trafic.

Et pour cause, à l’horizon 2030, les prévisions laissent entrevoir une saturation du réseau routier.

La soirée a permis de mettre en avant les différentes avancées prévues en matière de mobilité transfrontalière au cours des prochaines années, tant du côté du Luxembourg que du côté du sillon lorrain.

La mobilité transfrontalière au cœur des préoccupations

Si le trafic de l’A31 a augmenté de plus de 28% en 15 ans et atteint sur plusieurs sections plus de 80 000 véhicules par jour, l’aménagement de l’autoroute a l’objectif d’améliorer les déplacements transfrontaliers.

Comment les réseaux de transports peuvent également améliorer ces déplacements ? C’est la question posée jeudi soir au Théâtre Municipal de Thionville.

Du côté du Luxembourg, les projets alternatifs sont nombreux, tant au niveau ferroviaire qu’au niveau des transports en commun et de la mobilité douce.

Entre la construction de nouvelles gares, d’une nouvelle ligne entre Luxembourg et Bettembourg dès 2021, de plusieurs améliorations au niveau des lignes de bus, de la mise à 2×3 voies de l’A3 en 2020 et de la mise en place d’un tram à Luxembourg, les projets sont nombreux et tous visent à l’amélioration du trafic transfrontalier.

Côté français, la SNCF a pu présenter les grandes lignes de son projet de cadencement 2016. Ce dernier prévoit notamment 50% de trains en plus en heure de pointe vers le Luxembourg.

Le nombre de trains par heure de pointe pourrait ainsi passer de 4 à 6. L’offre de TER sera améliorée. Alors qu’en 2015, la ligne Thionville-Luxembourg offre 9367 places en heure de pointe, elle en offrira 13 744 en 2016 grâce au cadencement.

Une réunion publique sur le projet d’A31bis a eu lieu à Thionville le jeudi 21 mai 2015 avec pour thématique les réseaux de transports et les déplacements transfrontaliers.

Pour connaître la liste des autres réunions publiques, lire l’article de Tout-Metz en cliquant sur ce lien. Pour lire tous les articles concernant l’A31bis, cliquez ici.

A lire dsans la même rubrique :

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *